Le rêve d’un muet

le

La coque des arbres est noire – le sol est de blanc manger – le monde est une île où flotte l’os de quelques idées – très givrée et très lactée la bobine d’arachné déroule ses labyrinthes d’oie ailée sur la terre –

la mer de tes yeux déplace ses vagues jumelles – soudain la brume s’énuage – le ciel montre alors une laque sobre et bleue –

chaque jour tous les êtres mourant meurent avec toi – chaque lever de conscience transite au zénith – avant la souffrance il y a le balai originel de la non souffrance qui estompe les poussières de l’apparence – boire au verre d’eau du tao reste un geste de délivrance – l’esprit respirant souffle sans que l’eau ne bouge – il fait rouge sous le rond de la lune vide – un héron se lève en miroir de l’errance –

la faulx de l’amour est passé dénudant le superflu – quelques baies de cristal pendent au lobe des buissons décharnés – à la racine du devenir vivre conjugue son tempo – tout est le rêve d’un muet passant au galop – laisse les feuilles de la pensée sécher sur place – de la tête aux pieds sois l’île que tu cherches – mute à l’endroit où tu meurs – des mondes naissent dans un peu de matière et sans aussi –

Bien que le papier du journal enferme le bifteck du monde Bashô ouvre lentement le parapluie et atteint la rive sans l’avoir quittée –  mixer des étoiles au coeur des caïmans est la joie des enfants – rire et mettre les voiles – se rouler dedans dans la tendresse du vivant dans l’herbe foulée de chair même un instant reste un geste de délivrance –

le plumier d’une main fait un parasol où cacher le miroir entrebâillé de l’orage – tu sais bien que le bout du monde t’attend à la porte du cimetière – le corps a sa langue de neige –  la rose inflammable de l’air emporte la prunelle de tes yeux – il n’y a plus aucune ombre au tableau – fin du scénario –

Quand l’onde de choc découd son chagrin le pélerin salue de la tête aux pieds les rêves qui trépassent – nul ne sait s’il peut dire à demain – nul ne sait s’il aura encore pied – nul n’est venu nul n’est parti – tu ne fais que passer entrelacé à l’aube – et pourtant tu te sens prisonnier et froissé d’amertume –

rien à dire et rien non plus à ne pas dire – l’oiseau change de direction et entre dans l’image d’un oeil dormant – tout n’est que le rêve d’un muet passant au galop – vague à l’âme des sumos nageant à contre-courant – les syllabes du silence traversent le verre d’eau – rien à dire et rien non plus à ne pas dire –

La coque des arbres est noire – le sol est de blanc manger- le monde est une île où flotte l’os de quelques idées – j’en attrape une au hasard et la laisse filer au coeur de la lumière infiniment ronde et laiteuse des non lieux.

 

Advertisements

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. catia dit :

    Il y a des moments dans cet écrit où tu m’as emmenée dans une histoire tellement les phrases sont riches. Certaines je voudrais les retenir !
    Merci Wangmo…
    ;0)

  2. guilhem dit :

    oh ! fis-je la bouche en O…
    purée puissante l’amer amer
    douce est sa course a l’envers
    de perles en expériences ,
    ballaise ma laisze j’en reste coi …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s