Touché lâché

Denier de lune
sceau au ciel sans
prunelle
varicelle d’étoiles

touché lâché

en ville
derrière les
volets les colzas des
lumières d’hiver
chantonnent bas

ça klaxonne
entre deux brassées d’eau
l’essuie glace émoussé
peine à respirer

nuages tout miel
que la lune met en scène
au coin de la rue
de lotus noir

le vent fourre son nez de
sabot partout – avancer
est contre productif
quand le corps est geôle

mettre au chaud sa
chair de gravier qui
rend bosse le fauteuil
de rotin pelé

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s