Visions

L’eau coiffée de
mousse blanche ondulante à
la sirène de mes yeux
tant de sable parcouru le
coeur nu pieds
pris au large
à l’horizon
d’où l’on ne revient
pas
il y avait cette
lumière irréelle
entre les pinces
des nuages à
peine cuites de
soleil qui
joue à rester caché
la plage est
si rosée à
travers le
gravier noir
qui empreinte
mes pas
d’une double
sérénité

le cri des oiseaux
des mouettes et
leurs sabots d’algues
par dessus la tête

marcher s’enfoncer
sans le faire vraiment
revenir à la
surface et se plaire
à la mouvance des
dunes éboulées

ce matin sur le
trottoir la
vache m’est apparue
dans son habit de
fête et le
déhanché de sa mâchoire
céleste m’a salué
je l’ai regardée et
lui ai souri
j’ai rangé dans
mon sac ma mémoire de
blé avant de m’en aller
vers la grand place
de poussière humaine
latente
sous mes paupières

 

 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. GERTRUD BERTHET dit :

    Voyage sans bagages au gré des éléments ailes aimantes en équilibre coulent leur légèreté couleur trans parents à goûter sans modération

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s