A la façon de

Beaucoup oser la tranquillité des arbres et
les buissons grisonnants au palier des
collines – beaucoup oser se perdre à la façon
de l’arbre qui n’est jamais perdu –
le laisser te trouver
pousser devant ta fenêtre
gorgé de fruits aux mains de
roses
précisément ici entre
deux branches jamais pareilles
à la façon de l’oiseau au
pouvoir de fragilité qui
heurte le vent

beaucoup oser le souffle et ses
forêts de fleurs au printemps renouvelé
à chaque satiété du coeur se lève
la pâte d’un pain partagé
ni trop près ni
trop loin
laisse aller ton regard
au-delà des cages
bibelots de tes peurs

n’arrête pas l’écureuil qui vient vers
toi aussi imprévisible que
la vie le dit –
juste dans l’axe de la
tendresse percent des neiges d’auteur –
tu écoutes elle répond
tu ouvres elle ensemence

beaucoup oser et
laisser aller le voyage
en marge des cahiers
à la façon de ce qui
manque au soir qui
tremble et
ne s’écrit pas –

sortir des cases où
se trouver vide
et rebondir là où
la rupture enchaîne se
retirer et recentrer la mer
et sans raison
devenir –

 

 

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Bernard dit :

    Merci pour cette envoie dans
    la vie et tout particulièrement la
    mienne en cet instant .

    1. Merci aux synchronicités🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s