Au moment où

et la lune et les fleurs
la tête dans les nuages blancs
les yeux dans les yeux du
ciel infiniment bleu

au moment où
je ne sais plus au
moment où rien ne
subsiste que
l’accalmie du moment
je m’escalade à travers la
montagne –

méditer face à
la lune le visage dans les ailes
respirer par le coeur
laisser aller l’ailleurs

redescendre les marches de
pierre – au milieu de l’esprit sans
ombre le petit singe crie
son chagrin de vent rapiécé

le son du silence suspend les
choses moroses la détonation des
brindilles où marche le paon du
printemps donne à la pensée sa
lumière de jonquille

au moment où
le rien
le tout
enlacent leurs patins d’herbes
je deviens le petit insecte à
l’effiloché mouillé qui
grimpe et s’étincelle

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s