Solitaire

fragilité des souffles
quelques pas au
bord d’un
puits
de rares bruits sortis
d’une tache
la nuit noire
suit sa route de
pendule
la lune en
surface plie
bagage

de tes mains
respirent
des espaces aux
matières fines

de brusques scintillements
qu’épie l’oiseau
sous le roseau
d’un courant d’air
frôlent mon
épaule sans forcer le
trait et
l’onde amarrée
d’une fleur tombée

ouvrir les ailes de
ses pieds se laisser aller
à monter jusqu’au ciel
et dériver en pointillé
de tulle et de fruits
comme un
arbre à la pensée
retournée qui
pleut sur la terre

ma narration s’ermite
d’un pont de soleil
chuté et de bois cabanon
non à d’autres versions

l’étoile agrandie en
ombre porteuse
d’un chant
obstinément caché
aussi têtu qu’un
été perdu
brille au
sommet solitaire
île et tu

 

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Gertrud Berthet dit :

    ermite échevelé dans la fraîche lumière d’or du soir prête pour la nuit blanche de toutes les âmes des mondes

  2. princecranoir dit :

    Magnifique poème, éclairé par une très jolie photographie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s