Larmes de pommes

soleil avoisinant
et vent à la courbe des cils
le rêve s’en allait porté par quelques
fils brodés au-dessus des nuages
voguant entre deux pointes de
ciel bleu

soleil avoisinant
à la plume disparue
comment croire encore au
vivant revenu quand rien
ne manifeste l’arbre coloré
reclus au violet des coups de
sang –

aller au-devant de l’épreuve
mains en jonques où
asseoir des roses et quelques
feuilles de serres brunes

doucement laisser couler
des larmes de pommes pommes
de rouge azur à la poupe des
îles où vient le très or du
soleil et ses bras de lauriers au
cervidé des coeurs aimants

il pleut des
joies vertes
des toisons de terre
des tibias d’eau aux
amandes des mots
balayant les peaux mortes du
soir et leur espoir

rien n’arrête la
grâce d’un ballet d’étoiles
qui fut bien des fois
sirène de sel
ombre des bois
lances de runes
à
la tête de passé
rompu
et de phénix têtu

 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. catia adami dit :

    on dirait une belle offrande
    Merci !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s