j’apprends lentement

J’apprends lentement à
l’enlacement des tailles de bois
le jour qui s’efface et
donne la pelle aux
nuages d’ouvrir le
ciel en deux
en abri de
tempérance

j’apprends lentement au
coeur d’un regard ce
qui reste de maison errante –
à flanc de berceau
l’hirondelle fait sa pince à
linge mes mains sont
complices du soleil
j’écoute venir l’eau
l’air et le feu et
le vent à
l’espace amoureux des
cheveux d’herbe rase
et
au loin
se dépeuple ma voix

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s