Avalanche

fleurs serties d’un
levain de terre
capuchons contre clochetons
jonquilles et jacinthes sortent
en un cri qui se répercute au
micro de l’oiseau qui lui-même
répond aux fossiles des champs

bruit de la terre qui bouge
la tourterelle prend à coeur le
ciel masqué de transparence –
à l’évidence et sans substance
l’écho est un lieu où s’annule l’étendue –

chaque voix est un centre un cri
perçant qui ébranle les fondations de
celui qui s’en va seul chercher pour
d’autres des raisons d’abolition –

les mains en clocher inversé
laisse filtrer les avalanches blanches
d’un prunier tombé au chant d’odeurs

ce matin j’habite un poème
à la fleur d’un cerisier en
bouton – rose inclinaison des
têtes en balancier de java –

j’entends le son de chaque bourgeon et
ce quelque chose qui nous
traverse en avalanche de pas
celui d’un qui s’en va seul chercher
pour d’autres des rations de
lumière – des raisons de
mettre ses bas et de sortir au
grand air des matières –
ses battements ses rythmes de
basson chassent des terres lointaines
inconnues au bataillon des mots –

celui qui s’en va seul chercher pour d’autres
sous les avalanches de pluies non venues
risque de trouver un été à point nommé –

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s