Je te dis

La fenêtre a des yeux de pluie
petite boue au graal de neige
je te dis amour et rien qu’amour

Aller au bout du chemin
comme l’aiguille d’une horloge déréglée
ne plus savoir où poser sa bonté
ne plus savoir où se tient la fête
ne plus savoir où lover ses couleurs
je te dis amour et rien qu’amour

Un ange avait marché dans la neige
par endroit restée intacte
les flaques étaient profondes où
les mots s’en allaient mourir
les rimes ne rimaient à rien
à l’ange qui sonne le
coeur offrait sa main
frêle et vide
frêle et vide
tu n’étais rien
qu’une petite vie
sans grande importance
je te dis amour et rien qu’amour

Le soleil passait sa route
la nuit s’installait dans les émotions muettes
du foyer tu connaissais par coeur la
grammaire du chagrin
l’oiseau tintait d’or froid
nul ne pouvait prévoir demain
à l’ange qui sonne
le coeur offrait sa main
personne ne la prenait
tu n’étais qu’une petite vie
sans grande importance

Affinée comme une épée ton âme
touchait le fond – le ciel fatigué n’était pas
beau à voir dans ses cernes de linge noir
tout s’en allait
tout migrait
tout s’éteignait
à la mort
qui n’était qu’un bout
de visage
alors même
que le coeur saigne
je te dis amour et rien qu’amour

 

 

 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. xab0003 dit :

    Il était une fois une très très belle princesse qui portait
    ses trois robes de soleil de lune et d’étoiles ensemble
    elle rêvait du prince charmant toute la journée dans sa cuisine
    toute la nuit dans ses rêves
    évidemment son mari n’était pas le prince charmant
    ni ses mioches turbulents et braillards qui demandaient eux aussi
    leur part du prince charmant aimé sur l’aile d’un tambour secret
    que de solitude sur l’aile de ce tambour secret qui rythme des étoiles
    mortelles
    même la rose impromptue d’un bal soudain et fugitif ne s’ouvrira pas
    sur le ciel des possibles amours
    la princesse avait vieilli
    elle disparut toute bleue derrière son physique
    je te souhaite d’être heureuse là où tu es
    chère maman

    Lune du matin
    projections enfantines
    des étoiles qui s’accrochent à la pluie
    toujours
    vois tu comme le soleil brille
    à l’instant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s