Entre chien et loup

Grand vide
à la perche tendue de
bleu toute forme est noire

Des reins aux poignets des
spasmes d’hiver
noyau du coeur à nu qu’un chien dévore

Cendre blanche
tassée entre deux pierres
à ta bouche des silences empilés

Des bras poussent
à la nuit de chien couché
être plus proche sans savoir de quoi ni de qui

Flairer encore un peu la beauté
poignets ouverts à l’émail de la neige
la voix du feu se couche sur ton coeur

La mort dort avec moi
au creux de mes bras vides prend
forme un loup qui n’est peut-être
déjà que l’aube calcinée

Devant ma fenêtre un arbre de
chair me salue et tire à bout portant
la joie végétale du moment

Mes mains devenaient des oiseaux à
l’anneau des saisons et je partais partais
à la dérive sans horizon

L’acier du ciel laissait mourir la vie et
vivre la mort les coraux noirs de l’hiver
cordaient la mer à l’éclat de l’instant

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s