Y-aura-t-il encore

Y-aura-t-il encore de
jolis bois où se promener
où chanter à tue-tête
où répondre à l’oiseau
quand tu seras partie
te fondre à la réglisse
des ombres –

tes souliers n’ont rien d’acrobatique
et c’est
par enchantement que les arbres
viennent à toi
pour quelques
minutes de mimosa
de pois odorants aux
torsions naturelles

c’est
par la
simple beauté
indivise et
de toute fluidité
aussi
lyrique qu’une
voix d’opéra
échouée
seule au
pupitre déserté
que le cours d’eau
a la grâce d’un jour qui
a oublié de se nommer

avancer en se réinventant
de rêve en rêve
entre les pierres
autant d’ossements
où le pied se fait
truite à écouter les sons
élémentaires
qui gouttent en
plumes de paix
derrière chacun de
tes pas

les reines du vent
danseuses entre
les feuilles de
verts serpentins
fouilleuses d’or
et de rouge matière
cérébrale et
de hâle en
appellent à
l’espace de
tes sens

marcher et laisser
la nature chorégraphier ses
équilibres de déséquilibre
retenu
être libre de tout regard
même du sien
marcher dans les
bras du soleil
à chaque phase initié
aux possibles de
nouvelles ailes –

 

 

 

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Bernard dit :

    découvrir des bois
    Tenter une voix lyrique
    Sur un chemin de naissance
    Au sommet des grands chaînes

    Merci pour ce merveilleux texte

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s