Heures volantes

un peu de soleil au
bout des cheveux
soustrait au ciel
ses eaux de
fuite
la nativité du
feu bleu sur bleu
voit le jour
d’une intensité
nouvelle

des yeux de
l’oiseau un jet
à l’adorable sonorité
garde le coeur ouvert et
confine les ombres
au centre où
danser la confiance
spontanée des
heures volantes

consentir à l’écueil
redoubler de tendresse
céder à l’absence des
attirances et
retrouver un goût
d’essentiel

aller sobre
la chemise traversée
de
l’immensité d’un
nuage

le corps flou
à son abri d’abîme

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s