Et si notre bodhicitta avait besoin d’un check up ?

IMG_8731En ce printemps, où les énergies de la terre se manifestent en sensations colorisées et odorantes, nous sentons que des appels prennent forme dans l’ombre et la lumière des effets aigre-doux de l’hiver. Humeurs mélangées, attaques dépressives, perte de sens et de vitalité spirituelle? Un check-up est de mise pour une révision de la Bodhicitta. Qu’est-ce que Bodhicitta? Bodhicitta est ce qui anime tout être, l’énergie d’éveil bienveillante en action, lorsqu’elle nous traverse sans que nous essayons de la référencer ou de l’entraver. Elle est la danse spontanée du coeur ouvert à tous les bons vents, capable d’essaimer sans attente de retour. Bodhicitta est un souhait, un voeu, le coeur qui s’engage envers lui-même à laisser vivre l’instant tel quel. Un voeu qui est appréciation de toutes les rencontres. Prendre son coeur à bras le corps? oui on a tous envie d’adhérer à la chair du vivant, mais comment faire lorsque les bras m’en tombent, que le coeur devient myope, que l’aspiration tombe en lambeaux? Une seule solution : générer mille bras car deux semblent insuffisants et lustrer le coeur d’une vacuité à seize branches, tel un diamant intemporel.

Dans un sentiment de pauvreté, on se demande parfois : qu’est-ce que j’aimerais mettre en terre? faire pousser? quelque chose de nourrissant qui me permettrait de garder le contact avec l’essentiel, avec ma vraie nature. Faire croître la plante est oser se planter. Si j’ose dépasser les croyances et les images négatives, des élans vont se révéler. S’interroger sur l’état de sa bodhicitta, c’est admettre que l’on n’est pas parfait. Il y a des failles créatrices qui nous poussent à trouver de nouvelles solutions, de nouveaux possibles. Le processus n’est jamais achevé, il est toujours à renouveler.

Examiner sa bodhicitta est se demander :

– Comment va ma respiration, le mouvement de mon corps mais aussi de mon âme, de mon esprit? Sur chaque aller et retour de la respiration, je m’inspire et je m’expire, de sorte que le rythme naturel s’écoule à nouveau et succède à l’essoufflement. Suis-je essoufflé(e)? de combien de bras mon coeur a-t-il besoin aujourd’hui pour faire face à tout ce que je ressens, qui vient de moi, des autres, du collectif, de la terre, et de plus loin encore.
Nous avons tous peur des blocages, de l’inertie, et en même temps nous craignons de nous lancer, de nous élancer, de nous planter. Plantons nous et fleurissons de l’intérieur, la fleur du cœur s’ouvre à la joie inconditionnelle. Inspir/expir.
Je m’inspire et je m’expire dans la matrice spacieuse de ma propre nature. M’inclinant vers la terre, je rends tous les bleus à l’âme, les miens et ceux des êtres, humains et non humains et reçois à nouveau l’existence comme le premier pas d’un nouveau né. Hommage à la beauté et à la bonté de la terre!

IMG_8718Après s’être planté, on doit se mouiller, inévitablement. L’esprit d’éveil met ses bottes pour trotter dans les marécages sauvant les grenouilles de l’emprise des ondines. Pas facile de prendre le risque de se tremper, de se mouiller, de se noyer. Au final, c’est un nettoyage du tonnerre qui vous tombe dessus et la grâce ensoleillée d’un coeur sans illusions et sans âge refait surface comme un beau nénuphar désembrumé. Je m’inspire et je m’expire dans la matrice spacieuse et naturelle de l’instant. M’inclinant vers la source, je rends toutes les pollutions, les miennes et celles des êtres,  et reçois à nouveau l’existence comme un nectar, un élixir, un breuvage sacré. Hommage à la beauté et à la bonté de l’eau!

Ne pas manquer d’air est l’étape suivante. L’audace du vent ébouriffant les feuillets des arbres aux bras de géant, les racines du ciel et leurs clins dieu nous rappellent que la vie est bourrasque, métamorphoses, balayage et dissolution. Y-a-t-il quelque mauvaise conscience tapie dans l’ombre de soi, un sentiment de honte ou de culpabilité qui tente de s’infiltrer, peut-être avons nous perdu notre sentiment d’appartenance et nous sentons nous menacés? Un état des lieux en pleine conscience, les actions réparatrices nécessaires effectuées, les stagnations empoisonnées se dissiperont, une nouvelle fraîcheur et quiétude pointera son nez. Je m’inspire et je m’expire dans l’élan matriciel du changement. M’inclinant vers le vent, je rends toutes les entraves, les miennes et celles des êtres, et reçois à nouveau l’existence comme un élan merveilleux. Hommage à la beauté et à la bonté de l’air!

IMG_8735Vous ne manquerez pas de brûler la chandelle par les deux bouts car la bodhicitta n’est pas frileuse et si jamais elle s’était refroidie, remettez la au soleil radieux de la vie simple. Chaque jour, offrez-vous aux rayons du soleil naissant et re-naissez à votre aspiration la plus belle et la plus imparfaite qui soit car de perfection vous n’avez que faire, vous êtes libre d’être qui bon vous semble. De longues années d’errance vous attendent encore dans les bocages de l’aventure humaine et non humaine. Errer est amener de l’air, souffler sur les braises du coeur en dépression, lui redonner un nouvel éclat. Ne pas savoir où aller n’est pas une raison pour ne pas se lever car nous n’allons jamais nulle part, étant déjà arrivé, nous pouvons donc y aller avec encore plus de sérénité. Je m’inspire et je m’expire dans la matrice chaleureuse baignée de gratitude. M’inclinant vers le soleil, je rends toutes les lâchetés, les miennes et celles des êtres, et reçois à nouveau l’existence comme un trésor, un joyau. Hommage à la beauté et à la bonté du feu!

Si jamais vous vous étiez refermé dans un réduit et passiez votre temps à trier les cendres, rappelez-vous  que vous n’êtes pas obligé de subir éternellement ni de croupir dans des prisons même si vous y avez été si longtemps qu’elles vont sont familières. Vous pouvez relâcher les tensions, redonner à chaque membre, à chaque cellule sa place, trouver la vôtre en acceptant avec simplicité ce que vous êtes, là où vous êtes. Faire de la place en aimant ce qui vous agace. Aimer change le regard, tomber amoureux de ce qui nous irrite ouvre de nouvelles perspectives de lâcher-prise. Je m’expire et je m’inspire dans la matrice sans bord et sans fond du ciel constellé. M’inclinant sur place, je rends toutes les saisies, les miennes et celles des êtres et reçois à nouveau l’existence comme plénitude et légèreté. Hommage à la beauté et à la bonté de l’espace!

IMG_8722Et voici pour résumer un check-up / shake me up de la Boddhiccita rédigé en ce printemps 2014 pour permettre à tous les héros d’éveil de s’éveiller à l’instant et de renouveler leurs élans :

 Je m’inspire et je m’expire dans la matrice spacieuse de ma propre nature.
M’inclinant vers la terre, je rends tous les bleus à l’âme, les miens et ceux des êtres, humains et non humains et reçois à nouveau l’existence comme le premier pas d’un nouveau né.
Hommage à la beauté et à la bonté de la terre!

Je m’inspire et je m’expire dans la matrice spacieuse et naturelle de l’instant.
M’inclinant vers la source, je rends toutes les pollutions, les miennes et celles des êtres,  et reçois à nouveau l’existence comme un nectar, un élixir, un breuvage sacré.
Hommage à la beauté et à la bonté de l’eau!

Je m’inspire et je m’expire dans l’élan matriciel du changement.
M’inclinant vers le le vent, je rends toutes les entraves, les miennes et celles des êtres, et reçois à nouveau l’existence comme un élan merveilleux.
Hommage à la beauté et à la bonté de l’air!

Je m’inspire et je m’expire dans la matrice chaleureuse baignée de gratitude.
M’inclinant vers le soleil, je rends toutes les lâchetés, les miennes et celles des êtres, et reçois à nouveau l’existence comme un trésor, un joyau.
Hommage à la beauté et à la bonté du feu!

Je m’expire et je m’inspire dans la matrice sans bord et sans fond du ciel constellé.
M’inclinant sur place, je rends toutes les saisies, les miennes et celles des êtres et reçois à nouveau l’existence comme plénitude et légèreté.
Hommage à la beauté et à la bonté de l’espace!

Publicités

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. berthet gertrud dit :

    Hommage à la beauté et à la bonté!
    Gratitude à notre révélatrice et enseignante!
    Touchée au cœur!

  2. Célia dit :

    Magnifique, touchée au cœur aussi !
    Merci Wangmo de toujours trouver ces mots qui donnent une alternative à ce mental si réducteur et douloureux. Merci de nous rappeler toujours et encore à quel point l’existence est bien plus vaste, belle et riche que ce que nos pensées peuvent nous raconter

  3. cyli dit :

    Bonsoir Wangmo- je pose un petit caillou présence au bord de votre fenêtre … pour dire merci sans faire de bruit … mi-cadeau mi toupie … au tord-bouillon des choses … 🙂

    1. Wangmo dit :

      Merci pour le petit caillou d’or et de silence qui enchante la nuit 😉

  4. catia dit :

    Avec toute ma gratitude, merci Wangmo, aussi touchée en plein cœur, ne pas oublier que les-sens-ciel est là tout près !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s