Icône

La réponse est venue de la mouette suspendue au-dessus de ta tête. Blanc, bleu ciel et or, les confettis du tendre et beau féminin islandent ma vision. A tes cils perle la gelée de miel du soleil – je n’invente rien, le sang et le souffle mêlés créent des berceaux de lumière où la vie rosace de couleurs – quelques gouttes de bonté versées au tranchant des artères et la forme s’informe en tresses mutables et blissées d’amour. Les petits cônes de ta peau respirent des anneaux arc-en-ciel où aimer est antérieur au désir de retrouver des étoiles.

Des cheveux d’enfant sont accrochés au tablier du peuplier et culbutent à la flûte d’un fil – ténue est la vie brève est la transe goûte moi ce pain rassis et ces légumes secs. Toujours l’ouverture te précède intercède à la laque des os – le bleu ouvre des eaux que le vert arpente de sa faucille fébrile et alerte, l’oiseau n’en est que plus heureux, il vole plus haut et rase la terre d’un éphémère jaune et d’une plume érectile.

La réponse est venue d’un presque rien, d’un je ne sais quoi, d’une ineffable cheville soluble dans la mort qui bâille.

La porte du jardin exhibe sa clé des champs – plus nue qu’un ver au paradis est la joue des titans – le coquelicot traine ses ailes entre les herbes folles – vivre et mourir ne sont plus deux. Kali se lève et vomit des diamants dans le seau de l’azur. Encore un pas et l’enfant rejoint l’oiseau d’un nouveau monde.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s