A la claire

A la claire fontaine s’en allait danser un effroyable baiser poursuivant la boule terrestre de ses assiduités morbides – alors qu’il monte en lumière il décède en précédant l’horizon –

on peut toujours s’en aller promener au pipeau des coucous rien n’empêche les bombes de vider les marguerites de leur jus de soleil – frasques zombiques aux épaulettes matinales du général – un insecte hésitant sur la croûte d’un mort se risque à l’assaut d’un corps étendu avant qu’une balle ne fauche sa beauté d’émeraude –

le balai d’or de la pluie tente de chasser les poussières qui s’amoncèlent dans la gorge des sages – crier est peut-être mieux – que faire? – les joncs mutilés offrent leurs cavités en cercueils improvisés – la culotte d’un bébé git rouge sang à la flotte contaminée comme une anecdote sur la crotte d’un écran – être à cran et lever des armées de raisons qui font flop –

où loger ailleurs qu’en la félicité des coeurs – la vérité bizute un pissenlit une folle abeille entre dans les oreilles des gazons militaires – pathologique époque des étrécissements tissulaires – pourrons nous rester longtemps dans l’arène des tigres doux ? –

A la claire fontaine poussent les fleurs musculaires les icônes d’amour les vierges noires aux robes sablées de chair – donnez-nous vos lueurs vos écorces de feu et vos immunités et vos patiences rebelles –

dans sa blouse aux tendresses foulées l’infirmière passe une larme à la main –

A la claire fontaine rien ne se médiatise tout est loque à tremper verre à vider au vivant si parfait qu’imparfait et aimant – souffler dans les humérus ou accoupler des glaçons à la surface des mers – que faire?

d’un fruit défendu pendu à la nue bleue du ciel – d’un cadavre en exquise bonté était née la claire fontaine – rond dans l’eau précédant le lac de tes yeux où dérivaient les glaciers de la terre elle était de toute éternité vierge et poisson –

serein le pipeau des coucous accompagnait les défunts – ils pouvaient alors vider leur soleil dans le jus de citron des marguerites – la fleur musculaire poussait sous la lune amie – deux ou trois cercles tournaient autour du nombril de ses origines comme une abeille d’or – puis l’enfant naissait dans les pas qu’il faisait – il montrait l’aube blessée à l’assemblée des sages qui se penchaient sur le berceau vide et volage – où est parti l’oiseau?

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Catia dit :

    Une balade intense en sensations, comme une libellule ce dragon de feu…;0)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s