perles

en équilibre sur un pont de houblon le poumon d’une fleur inspire à fond – respire aussi –

à dos de libellule vont les daims blonds des papillons qui en perdant la boule ont livré leurs perles blanches qui devenues carpes glissant entre les doigts du moment se fondent dans la mare piquée d’étoiles à la franche clarté – dedans des moines à la tête de choux rient de bon coeur – l’origami des lotus atteint le centre radieux – s’effacer doucement à l’ivoire du plus près – le ciel vanillé laisse tomber le flocon des fleurs sur la terre mouillée –

il y a quelque chose dans l’air – le printemps approche quelques perles de ronde vacuité au front des apollons – un rien t’efface et te remplace sagesse des blés que rien n’acclame – humidité des foins simplicité des femmes humilité des gestes sans fard et sans caméra –

le yogi de la nuit a l’oeil sévère et le ventre imberbe – il s’attache au détaché de sa grotte et reste là –

le chat vient vers moi tel un mannequin défilant sur un podium queue en l’air et déhanché maxillaire – rire des douces –

pleines et rondes des perles de vacuité sautillent et rebondissent – en l’espace traversé elles roulent jusqu’aux pieds des marcheurs solitaires – elles deviennent pigeons de rois pampilles fleuries vagues qui soudainement se lèvent à l’approche du clairon solaire – tout le monde debout pour assister à la beauté du monde qui va lever les voiles et décapiter les étoiles en multitudes de diamants -allez en avant les filles –

et ce sera toujours la première fois – il est si tôt et parfois si tard au regard de l’amour –

sens il y a des odeurs et encore des odeurs émanant du corps terrestre célestement ouvert – sortir est prendre un bain dans les amandes du temps les lavandes du thym les bottines des écureuils qui  noisettent l’herbe érectile – la rosée tâche de rousseur la plante de tes pieds – et finalement tu es heureux d’être sorti malgré le frigo de la nuit – tu as senti battre ton coeur et leurs battements avaient une précision d’orfèvre pile à l’heure- juste quelques minutes tu t’es sentis libre et vivant libre de chaos et de bruit – et juste vivant –

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s