Volière

requiem des patiences au sentier des présences
voilà qu’un rêve t’enlève te ravit te rapt et
s’impose – élévation des tibias dans leur
capuchon de chair – tu te couches dehors à
l’orbe d’un oreiller d’herbes et de jolis joncs –
tu t’abandonnes à l’heureuse nature qui
rature de vert le drap du matin le plat de ta main
la joue du chemin –

à force de le regarder tu deviens l’oiseau rouge de ton
rêve au
chant de tambour et de nerfs abrités – là-haut
au grenier désaffecté de ta mémoire il y a des
bruissements des chuchotements des éboulis tièdes –
ne cache pas le piano désaccordé de tes os –
dors dans la fiction des passages
éveille-toi à l’orient advenu
passe au travers de l’aube où
les mailles d’anciennes vies se
baladent et te cherchent en cercles de cris sans écho –
deviens ce qui t’évite apprends du silence et
des coupelles blondes des anges –

au tombeau retranché d’un nid quelques
tourterelles battent des ailes jusqu’à fracturer
l’écorce de leurs veines violettes –
effraction glacis de poussière et volière –
derrière toi tu laisses des plumes en chapeau de lune –

même si un chant rétracte nos lèvres
tu peux reposer dans la mort sans chaos – à
perte de vue la brume devient d’une attachante
complicité – tu te mêles au pain des foules
où manger les incantations d’un dernier repas –

requiem des patiences au sentier des présences
les morts dessinent sur la route des lueurs de
javel aux têtes de coquelicot –
tu avances dans
la nuit vaudou qui fait battre l’amadou entre nous et
tu couds des orages d’or cuivré à la
fenêtre de plaie sale – tu te fais bruit de claires matières de
claire manière de clair alu – volière –

 

 

 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. xab0003 dit :

    Qui es tu shamane des brumes
    Où est ton royaume des présences intemporelles
    Où sont tes sentiers vers les mondes en nombres infinis
    Dans la nuit vaudou tu me demandes si je veux un livre
    Alors que ton photographe bombarde de son objectif l’amadou
    Est-ce au-delà des flammes
    Des ricochets d’enfants en nombres infinis finissent dans les flammes –
    Et les flammes dans les brumes
    Qui es tu shamane des brumes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s