dernière et tendre –

sous les douces aiguilles de la nuit
les sabots du jardin sont au repos –
quelque part ailleurs à cet instant
au cristallin des ombres
une chaise bleue attend la rose rose
de septembre la dernière et tendre –

la plume offerte aux intrigues du vent
avance masquée de blanc –
clair de bois au bois des portes puis
plus rien –

courir entre les haricots noirs
silhouette flaquée à
la fronde des branches – dire à la
pluie sereine qui dégringole de
continuer à fuir le hasard –

sur la route une tête de fleur coupée
donne au lointain une proximité de
petite feuille tombée dans la main –

un papillon mute à la fleur graphique
d’un dos – la lampe caillou arrondit les
angles – cri d’un petit coquillage en
planque sur l’étagère –

évier embouteillé au pain du quotidien
couteau dans l’eau et autres invités
débarrassent la table – frêle matérialité des
ecchymoses – la mouche sans répit
cherche où se poser sans trouver –

chaque matin la
femme coupée rêve de se réunir à la
clarté de l’aube – sur la terrasse
Mademoiselle chante un air qui trouble
la rosée – l’ombre du noyer assorti d’or
cache un bouddha qui mange un
beignet de feuilles vertes –

mordre dans la rose rose et
tendre dernière de septembre et
se laisser boire comme un nuage chaud
dans l’azur rissolé –

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. xab0003 dit :

    âme cristalline
    sur une feuille de rosée
    ta plume azurée
    donne la parole à la source originelle
    merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s