Petites vies

Sur la table
un citron
et pas que bon!

Carreaux des
torchons à travers lesquels
on ne voit rien que mouchés et saletés

J’entends le miel
roucouler dans le thé
vertu vorace des pigeons mignons

Au large de l’évier
de grands voiliers dorés
soupières et saladiers à l’inox compassé

Petite vie de rien du tout
une mouche écrasée sur le papier journal
chronique annoncée d’une défunte

Petite nappe
couvre toi d’émois à la pelle
des feuilles mortes qui crient de douleur

Que savais-tu d’un roi agacé de
ses bottes qui n’avaient pas assez de sept lieues d’avance
rien à l’écran que du blanc échoué

Le chat tortille son dos de rousse mantille
le sol gris a l’éclat d’un poisson à son âme rendu
va manger des ronces et dire merci

Le soleil ridiculement petit avait la taille
d’un oeuf au plat petit sein retourné à la nuit
reste la sérénité d’un bol

Tu es comme la vieille chaise d’un grenier
encombrante énervante et brisée où
va-t-on jeter le déboîté de tes os?

Ta chair et ton sang indiffèrent
ton coeur saigne bleu
reste le beau mystère de ton hameçon

L’automne saigne sur ses feuilles
pluvieux à la rigole d’une ride
le temps passe sous tes yeux

Tu n’étais et tu
n’avais qu’une petite vie de brin de
paille de haricot sauvage de navet noir

Tu n’avais qu’une petite vie tenace
tenant à un rien de bécasse
une petite cendre de goupillon qui faisait tâche

Tu n’étais peut-être venue que
pour dire au revoir – cela valait-il le déplacement
laisses devant toi passer toutes les armes

Tu es comme un sang qui ne s’efface pas
la fleur oubliée pourrit dans l’eau croupie
choisis la vase trempe et meurs

Une poire dodue
allongée à dos de vigueur et d’arôme confondus
bonté et joie des plénitudes fruitières

Changer de nappe changer de mémoire
ouvre le tiroir et prends le service passé
secoue ses calèches dérisoires et sers à boire

Une fois dans le noir
il n’y avait que du noir
et un peu de blanc à bâton rompu

Quand la clarté entrait
des bracelets de lumière épandaient leur champ
de paix et de commémoration aux drapeaux du noyer

Je suis un nuage qui s’éplage et s’écendre
au centre du monde d’une petite vie qui va
ailleurs sans autre ailleurs qu’ici

L’oeil du chat avait tant de
bonté d’innocence que tu t’endormais dans ses griffes
et t’éveillais étoile au fond de ses pupilles lattées de vert

Le vent soufflait sur le corps de ta page
tu étais page et aussi corps de sable mouvant
tu étais souffle et fin du vent

Et tu allais marcher de plein pied
ta petite vie sous le bras comme un panier
tressé et délavé – ton coeur était grand

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. xab0003 dit :

    Miettes d’ ADN d’un vaisseau cosmique comique
    à la croisée des vents
    des petits crabes légionnaires envahissent la forteresse de papier mâché
    papier d’arborescences défuntes et mécontentes

    Au cimetière c’est le bordel constate l’oiseau posé sur la croix
    d’une tombe aux regrets synthétiques
    l’aube s’orange de fou rire à la face des feuilles printanières
    à l’interstice de l’automne

    Bois ton café il va être froid
    n’oublie pas ta musette et mets ta chopine dedans
    tu en auras besoin pour chaîner tes arbres à cames
    va faire ta journée « le glauque » et arrête de grogner

    Vert grisé d’un vert de gris de la voix de cadavres
    en croyance de vie sur une mer bitumée de bêtise
    arrête de pleurer
    tu vois bien que tes larmes dessinent des pâquerettes
    au raz des étoiles carbonisées de puits sans fond

    Disparition absolue et définitive à l’orée de la vie
    lisière impénétrable et reste sur ta chaise à refaire le monde
    c’est dimanche »le glauque »
    bouge tes vieilles fesses fripées
    il y a un nouvel orchestre à la guinguette
    laisses tes défaites et viens vivre un brin de luzerne avec ta luciole

    L’azur s’est invité à la guinguette
    « Glauque » et « Luciole » n’ont rien vu

    Tant pis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s