Neiges

Gange de neige au
foulard des courants d’air où
courent des traces de renard – où est passé le chat?

Quelques drapeaux flottent en
prières élémentaires au
yeti du soleil disparu – nu de peau –

Où allais-tu de bon matin?
rentrer du bois mouillé
caresser le chat à l’oreiller de neige rond à la jambe –

Le paysage est de bas blanc
de coussins de lumière de rebondi sans traces
comme la prière d’une vierge noire à l’enfant de la terre –

Tout est lisse de soie et de délicatesse
et aussi de rudesse et de branches noircies
blanc de neige à l’oeuf mollet d’un nuage passant –

Une éclaircie d’ombres portées au
mur jauni d’un écrasé de soleil que
tu as raté à la seconde près –

La nuit épouse le silence des roses
endormies sous la blanche matière
cresson d’automne aux couronnes singulières –

Les tiges et les troncs se saumonnent d’azur blanc
neige montée et laissée là au
museau d’un ruisseau –

La neige fait un H sur un ciel d’apache
qui tout coupe et cisèle et
martèle de A à l’ouvert de la terre – Ah l’hiver!

Le vent pousse la neige hors des branches
elle s’éplume en duvet de coton
et laisse son nom ravir le ciel de pluriel – neiges –

Il neige à tire-d’aile –
trois chaises se couvrent de coussins blancs
et attendent que pleuve le vin bleu du ciel –

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s