Grains de sel

Ne pense ni au bon ni au mauvais
offre tes pensées à la conciliation de l’eau
suis le bord qui n’attend personne –

Au fond du coeur il y a tous les secrets de
la vie – n’attend pas de la perdre – aime ce qui est-

Qu’importe la cruauté du chat si la vérité de la
souris est d’être mangée toute crue – choisis l’ascèse –

Ne stagne pas dans les marécages de
sel – ta langue a fourché passant à côté de la lumière
malgré tout ne retiens pas l’hiver –

J’ai recherché le dernier trou d’ombre
mais je n’ai pu le trouver – reste sa brûlure
sous la lumière de la lampe éteinte –

Tout dire et tout aimer
rien à rejeter qui ne te séparerait de toi
alors tu ne serais pas vrai –

Parce que la clarté est vide le vide est clair
pourquoi ne te vois-tu pas déjà accompli?

Tout ce que tu rejettes te sépare de toi-même
pourquoi prouver la séparation?
unis les deux au don de soi –

Savoir que je suis une petite poussière
m’emplit d’amour pour l’univers entier –

Rire seule dans sa cuisine un balai à la main
devant la métaphysique des poussières
à travers les yeux du chat la vie te voit et te sourit –

Pourquoi es-tu né? Pour donner ce qui t’a été donné
pour créer à chaque instant de chaque jour la nuit
la terre et ses étoiles filant à l’infini – et bien plus encore –

Parfois l’amour me quitte parfois je m’en sépare
alors où se retrouver?

Que dois-je faire?
la vie montre la blessure et dit amour –

Sans rien cacher sans rien tronquer
des moisissures de la beauté sois libre –

Tout montrer et tout inclure
quitte à coudre des cicatrices à l’envers du ciel –
pardonner toujours –

Tout effacer et tout recommencer
et tout aimer –

De rien tu n’es coupable sauf
de te séparer de l’amour – laisse le sel
fondre en larmes  dans la paume de la mer ouverte –

Quand tu regardes dans le miroir au fond de
tes yeux rien ne dit que tu vas mourir – sois la source –

Cesse de te battre de te vouloir autre
cesse de céder à la peur à la mort
montre toi à la fragilité des lieux et vois qui tu es –

Va vers ton accueil va vers ton retour rentre
toujours en toi et traverse en ermite de joie –

Quand on est à nouveau en soi
on ne peut qu’aimer tout – tu es poème vivant car
aucun créateur n’a jamais été séparé de sa création –

Tombe!Tombe!Tombe!Tombe!
Tombe!Tombe!Tombe!Tombe!
Tombe!Tombe!Tombe!Tombe!
jusqu’à la tombe élève toi à ce que tu es déjà –

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. andreeboisset dit :

    Laisser les paroles posées en soi… faire un grand pas…

  2. catia dit :

    Grains de sel, sel de rêves, posés là aux travers des mots, comme une douce amère oscillation, ou peut-être prière, tes mains ouvertes regardent le ciel, guident nos pas pour aller vers…;0)
    Merci Wangmo, Waoouuu magnifique.

  3. xab0003 dit :

    Tu as raison
    Toi tu es vraiment une amie spirituelle sur qui on peut compter
    Jamais tu ne trahis
    Tu es vraiment authentique et dans tes yeux et dans tes mots
    il y a la vérité de l’Amour

  4. gertrudberthet dit :

    Oui – laisser le sel fondre en larmes dans la paume de la mer ouverte – voilà le secret ! merci Wangmo oh làlà oh !!!

  5. Claudine dit :

    Jardine-toi
    Accepte.toi.
    Accepte en toi ce remous
    qui t’émeut, qui te meut.
    Laisse couler le ruisseau qui est en toi.
    Et comme assis au bord de l’eau,
    ouvre-toi au calme de l’instant. …

  6. catia dit :

    ça c’est sûr !!! ;0)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s