Aller dehors

Beaucoup de petits jardins
s’assemblent au jeu du
matin reconstituant le
corps que la nuit avait éparpillé

ouvrir la porte
laisser sortir les pensées qui se
précipitent vers la lumière qui
bien qu’invisible s’est
concentrée au bombé de
la goutte d’eau
juste un mot
avec des ailes
dans le dos

rien qu’aller dehors
et venir dedans –

les feuilles au chapelet
d’hiver sur le trottoir
prient sous les pieds des
passants désobéissants

d’arbre nu en arbre nu
les petits pas du silence
ont la patience
des poussières où
retrouver la cour parsemée
d’ombres où
partir à vélo
sur le chemin qui ne va
nulle part –

marelle des luttes
les rêves ont du mal à
s’endormir –
les slogans rassemblent
les hommes qui au vide
confient leurs corps
et après tout ça
vivre encore –

 

 

 

 

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. princecranoir dit :

    « les slogans rassemblent
    les hommes qui au vide
    confient leurs corps
    et après tout ça
    vivre encore »
    Quelle magnifique conclusion.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s