Avant de

Avant de
rallumer la lumière sous le feu des
branches et de s’isoler pour
préparer la récolte des voeux

Avant de
regarder vers le ciel quand la vague se
retire et laisse la plage vaste et si libre
que la tête tourne à son
vide accompli

Avant de lier l’eau et la farine
dans des paroles de sable bleu
qui remontent le courant
interrompu à sa base de
silence –

Avant de s’étonner du vice caché des
fondations sous la plaine invisible
où rien ne s’est concrétisé
où les racines restent à sécher
où les questions attendent

Avant d’appuyer sur la gachette du
point sensible
pour sortir la tête hors de l’eau
quand le coeur ne parle plus aux reins
et déserte les mains –

Avant que rien ne change
et que l’échec plante ses griffes dans
ton cou de frêle biche ou
d’homme anodin –

avant de
mourir
les pieds aux pieds du monde dévasté
la tête encore en filet d’étoiles –
la corde pourrit et
le seau tombe
va dans le puits chercher
le trésor enfoui au risque de
ne plus respirer à la surface
fais face –

avant de mourir mourir
d’un double bonheur d’être et
de ne pas être ce
vent soufflé sur les flots qui
chasse la brume –

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s