On parlait

On parlait d’allumer un feu comme
d’une colère trop vite éteinte
on parlait de la trahison de
l’eau en toison claire de mots à
débusquer un rat d’hiver on
parlait avec des sabliers d’images
et des sourires aux coins des
lèvres et
puis la pluie passait et
le soleil revenait tiré à
quatre épingles au rideau tout
froissé d’altières poussières
suspendues en
petit crachin de
pollen et d’haleine rosée

on parlait et le coeur de
la pomme  s’ouvrait
la voix descendait le sentier
comme pour dire allons
courir
offrir
de la joie avant toute chose
de la soupe chaude et le boa d’un
pain étalé sur la planche

on riait d’ainsi parler
l’ombre des peurs
passait au-dessus et venait
s’asseoir face à face

bien sûr il t’arrive encore de
croire ce
que tu penses au lieu de
regarder les étoiles qui s’épépinent
le ventre à l’air

il fait gris et pourtant il est
de ces petites intensités à
fendre les ondes qui
soudain vous inondent

et sur ton pouce
voué à l’immense
bonté d’une île solarisée un ciel

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s