A reculons

Faire le tour de la maison à reculons
en repoussant le temps à son azur
en saupoudrant les champs des
molécules de l’amour et
en buvant le verre à moitié vide
et tu ralentis tu ralentis encore
en remontant comme
on plonge dans la mer
si forte est
l’attraction de perdre
ses pétales de neige
tout au fond

le corps oscille
l’arbre incendie le ciel de
ses bourgeons sans emballages
la vaisselle est en effervescence
les corbeaux secouent leurs
paillettes noires derrière le
drapeau de leur cri et la
galette dort au fond du panier
petitement percé

ôte moi ces affreux rideaux
qui narguent les murs de leurs
horribles mensonges
savamment tirés au cordeau
et qui dessinent au plafond des
langues nauséabondes
fières de leur indifférence
et de leur joli coeur de pierre
un peu beaucoup
passionnément
je vais au vent
sincère des rêves adultères et
je ne pense à rien
qu’au pré solitaire

courageusement tu
restes immobile au lieu de
fuir tu regardes tes premiers cheveux
blancs cirer la lune printanière
tu choisis de danser sous
la pluie en buvant le verre à
moitié vide devenu ton ami
tu décides de raser le jour et
de gommer les vagues
qui ne sont rien au fond
qu’océan

et puis à reculons tu
quittes la prison
d’un oeil dilué

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s