Pourquoi

pourquoi est-ce si merveilleux
d’être ce sabot d’herbe que
rien n’attache et
qui escorte les hauts du vent
aux joncs des coquilles
alors que la plage est
encore loin du matin où
tu pourrais ne
pas t’égarer

pourquoi est-ce si merveilleux
de s’enticher d’une pâquerette qui
ne restera que le temps d’un
carillon d’ailes au-dessus du
soleil embrasé
arasé à la prune vermeille
de l’horizon où
disparaître

pourquoi est-ce si merveilleux
cette douleur qui s’ouvre à
la nudité de l’autre que
l’on ne connaît pas et
qui vient percuter le
poignet de nos vies
d’une inénarrable tristesse et
d’une infatigable tendresse

pourquoi est-ce si merveilleux
le chant de ces pieuvres musiciennes
à la langue de canevas qui
brode des souffles
autour de tes yeux
où ton coeur
à son trèfle natal
ne peut parler
que de la légèreté du
présent au
présent

 

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. catia dit :

    questionnement poétique caresse les images évoquées ;0)

    1. Les réponses sont les caresses des questions🙂

  2. Frog dit :

    Merveille en effet, ces images qui semblent s’écouler sans tarir de votre plume. Et cette troisième strophe qui vient se poser avec une précision de miracle sur l’expérience.

  3. Gertrud Berthet dit :

    Merveilleuses caresses réponses à la question poétique libre d’image

Répondre à Gertrud Berthet Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s