Corps

le corps et
ses paquets d’os
à dos de mule

le corps et
ses baquets d’eau
aux lueurs de
tarentule

le corps et
ses trachées verté-
brales aux confins
des roues cosmiques

le corps et
ses apnées de
vertiges océaniques

le corps et
ses ballets ascendants
au soufflet de forge

le corps et
ses cheminées de
lumière aux
graminées de pluie

le corps et
ses brassées de
fleurs colorées au
musc de chair

le corps et
ses allées de veines et
de déveines bleues
d’automne

le corps et
ses moitiés d’ailes
aux éléments qui
déchaînent et
tonnent

le corps et
ses cavées aux baleines
de parapentes jouant
jusqu’au ciel

le corps et
ses trouées vives au
sang d’alouette
qui enracinent les
encres marines

le corps et
ses floutées de chat
persan à la crinière
d’ombre errante

le corps et
ses poussées de lumière
les soirs de pleine
lune et d’aube argentée

le corps et ses
vérités
sensationnelles ne seront
que feuilles à la mer
un peu d’or sur
le sel du matin
au coeur parti
trop tôt vomir sur
les blés sa
voyelle étoilée et
crier soleil
au jour que
voilà

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s