Pensées

Briser les vagues
d’un rivage de
lumière et
sentir l’espace
rendre véritable
la course du moineau
qui chante à
l’instant sous
ma fenêtre
embaumée de
narcisses blancs de
jonquilles jaunissantes
aux pages du jour et puis
les pensées sans
clivage des orages apaisés
où rien n’est
plus simple qu’aimer

des pensées où les
ennuis sont grâce
où les broussailles
odorantes abondent
au revers
d’un ciel sans cage
et si fertile le
koan de l’esprit
et si nourricière la
poésie du lait au
fond du bol
que la vache
m’acquitte de
son obole

frapper le plancher
sauter à pieds joints
je n’irai pas plus loin

 

 

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. catia dit :

    Quelle belle douceur ! Magnifique cette virée du matin !
    ;0)

  2. Gertrud Berthet dit :

    coiffée d’espace les pensées comme ornement

  3. Claudine dit :

    et dans le lointain dansent les lutins ….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s