la vie fragile

la vie fragile
où voir tomber la pluie lavant les arbres de
lumière laisser entrer la poussière où
de longs filaments boisés en creux de
matière
viennent vous chercher au plein des yeux
fichant des pieux de clarté au
coeur des couleurs
il est tendre de marcher
il est doux de regarder
il est bon de humer ces cuillères bombées
de
vertes senteurs à l’ondée des sarments

la vie fragile
avec dans la main de petits univers tactiles
bruissant d’ombelles blanches et de
colonnes au bris de verre étoilé qui
courent au décoloré des nuages
dévider la fleur sereine et
magnétique et magnifique du
flanc du soleil accroché à la montagne
le jour se déchire et
l’oiseau crie à
rompre tous les bruits

la vie fragile
aux flaques de parapluie retourné
qu’un vent claque et envole et
puis cette lumière à couper le
souffle qui monte en puissance
au tendre de l’horizon
il est doux de marcher de
laisser les tours s’effondrer de
lâcher les élastiques qui suturent les
souliers et de repartir d’où
l’on ne peut partir puisque arrivé
déjà au frais bosquet de

 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. PIERRE dit :

    D’une puissance poétique …
    Merci

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s