Comme une image

lavant le sol
lâchant les idoles
le carrelage ouvert à la
baie d’une chaussette pousse
le ciel de l’esprit à se manifester
et à ne pas s’attarder

le temps fouille mes poches
de cailloux affûtées
ma tête s’est glissée à
la portière d’un chemin à
rebours et sans velours

ici et là ici et là
les jeux se sont défaits
le passé a rompu

j’habite avant le jour
une forêt perdue dans la
lumière puis je deviens matière
d’île et de grêle et
d’argile cavalière

je n’avais rien emporté
qu’un fruit bradé mordu à
sa lisière par l’oiseau de la vie
et au final c’est lui
qui a mangé ma tête de radis
trop fluette

assise comme une
image au fond d’un miroir
cuir flouté sous
l’inconstance des eaux à
la bile muette
je rêve aux
roses de kyoto
qui se baladent
pieds au mur
de mon
frêle squelette
ici et là ici et en faîte
au feu qui fait feu
d’un bois de fête
trompette
et puis plus
rien de net

le silence
au corps accord du
monde est ce qui en toi perçoit l’ombre
d’un décor plus libre et l’amour d’un geste
plus franc

quand bien même
chaque soir tu écris au front du vent
des soleils de papier blanc
qui t’ébène à la mer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s