Déclin

Les mots peuvent-ils être blanc ou tirer à blanc? A la fenêtre le décor d’un verglas le désastre d’un abîme à la transparence de tourte d’hiver – d’évidence tu t’effaces à mesure que l’eau fond et se fend d’un très beau sourire juste un doux sourire que faisaient sans même le savoir deux bûches entrelacées…

Jeu de lumière

Merveilleusement libéré d’être ce que tu dois être chaque jour sois souveraine dans le ciel et sur la terre de ta vie Du fin fond des étoiles magnétise le meilleur au bord du précipice assieds toi comme une miette d’or détendue dans la main de l’orage Chaque état que tu désires en contredit un autre…

Bleu de sang

L’ombre a des miroirs qui ondent – quelques flaques noires au bord de la route qui s’écroûte suis-je la même que demain? Et si demain la mort venait vendre un parapluie couleur d’oiseau je m’en irais comme un océan de feu au sable des heures vagabondes l’horizon me rangerait dans sa poche et je fuguerai…

Résonances

La main troublée quitte la toile des nuages pour dessiner un zéro dans l’eau du vent – Aujourd’hui prépare demain quelques dés en poche un cheval d’étoiles c’est tout ce dont tu as besoin – Chaque fleur reflète la fleur originelle de l’esprit ouvert à l’ouvre-douceur du moment – Perdus d’avance regarde les reflets dans…

Presque

C’est presque le printemps la gorge des pierres ruisselle de matière être le silence qui entend le silence – C’est presque le printemps presque le temps premier et doux qui tout au bout du pont boit la lumière – Faire avec ce qui nous manque des souvenirs à la tête de poisson arrachée flottent dans…

Synchronicités

Sur la mer A la blonde embaumée une petite araignée nue – Défilé d’une soie au bout de tes doigts – questionne un nuage sur la neige laissée dehors – A la vitre l’oeil tarot d’un chat m’invite à briller de poussière – L’étoile paraît-elle au détour d’une étoile? fais un voeu qui te veut…

Petites morts

Sais-tu ce qui nous effleure de son aile? pensée naissante à cet endroit qu’on ne voit jamais où vivre en paix – comment s’aimer se détestant si violemment? La pensée veille sur elle-même d’abord l’eau ensuite l’eau comment sortir du temps qui n’existe pas? Perdus d’avance les yeux sont des plumes suspendues à la cave…

Sans jamais s’attacher

Le torrent d’eau vive creuse son lit au sein de la montagne sans jamais s’y attacher – A tout instant pouvoir rompre avec ses habitudes et constamment créer jusqu’à se fondre dans l’océan – Un seul arbre tourné vers la fenêtre change tout le paysage – je vois pourtant qu’il a été lent à venir…

A nous

La mort vivait à côté de moi elle prenait son petit-déjeuner sur le pouce de l’oiseau qui s’éteignait à la vitre – à nous de nous éveiller aux sabres du vivant – Tu comptais les jours sur tes doigts comme des comptines d’enfant ou comme un prisonnier grattant son mur – à nous d’écouter vraiment…

Grains de sel

Ne pense ni au bon ni au mauvais offre tes pensées à la conciliation de l’eau suis le bord qui n’attend personne – Au fond du coeur il y a tous les secrets de la vie – n’attend pas de la perdre – aime ce qui est- Qu’importe la cruauté du chat si la vérité…

Prendre corps

Les cadavres habitent dans les corps qui les habitent – être ou avoir été qui sait où écraser le métal de son coeur une fois fondu  – En attendant la nuit foncièrement féminine le canapé jouxtait la table lézardée de verre – Les mains crispées sur le volant de la nuit où aller? tant de…

Nocturnes

l’obscurité traverse le jardin dispersion des copeaux d’étoiles – la lune baisse les yeux tout s’intranquille à la tranquillité des nuits – la souche tamisée d’ombres s’avalanche à la barrière des nuages – bois qui marmotte au ciel – le vent rêve accroché au sarment indigo d’une étoile la terre rompue d’os est au silence…