lalala lila des la

Des cierges de verre pendent des dessous – de toitures ou de voitures -le ciel en mine de plomb s’estompe aux gréements des arbres – dans les grumeaux de neige le moineau pique du nez à la queue fuyante du vent – lalala ne pas se fouler la cheville sur la laque du gel –…

Poupées

A la nuit accrocher ses petits pas – l’onde est un îlot – les ors floutés coulent à flots – se lever pour se coucher sur le papier récalcitrant et calque de la chair insomniaque – entre une heure et quatre heure du matin le vibrato aiguisé de l’esprit s’accorde à la présence feutrée des…

D’un rêve à l’autre

D’un rêve à l’autre la plage de l’esprit affine son grain de peau – le corps délaisse ses arceaux de chair – place est faite aux arcs de lumière sculptant au noir de la nuit des robes mouvantes et des poissons aux écailles de sable – au hasard d’un bruit la roue d’un songe trouve…

Ce qu’elle avait vu

A force de regarder à la dérobée les petits gestes pauvres et simples du quotidien elle avait vu quelque chose. Quoi? elle n’en disait rien car les mots étaient comme de petits biscuits fondant dans la chaleur brune du café – il était difficile de saisir et de définir ce qui était par essence insaisissable…

Rimbaud bleu

Tu venais à ma rencontre alors que j’allais à la tienne – le bombé de ma main en poche cachait la bosse d’un soleil lucide et doux – toujours l’amour précédait les aimants taillant la route d’un unique feu de forêt – malgré les tombes à traverser les draps à laver les regrets à essorer…

Sur le pont d’un igloo

Solitaire et solide sorti d’un maillot de neige le poil d’un épi frissonne et balance la tête – ployer se redresser se laisser balancer entre les doigts du vent glacé et aussitôt après recommencer – Solitaire et solaire sur le bord d’un piquet l’oiseau à la gorge ronde et rouge sautille et vole des miettes…

polir le métal

Le labyrinthe des causes et des effets se reflète dans le miroir merveilleux et fabuleux de la pure contemplation où lorsque tu regardes tu ne vois rien ni personne – plusieurs langues m’enseignent que rien n’est vraiment vrai mais juste vivant – langue de l’air prenant au lasso la moindre parcelle d’or dans la poussière…

éléphanté

claquette d’oiseaux au bourgeon de neige – petits tas tamisés – petits pas mutinés – les chats gobent des guêpes de cendre – peut-on se lever d’un bonheur qui n’en finit pas éléphanté d’un coeur gros comme ça – cette nuit la neige a grossi elle aussi elle empiète sur la matière elle noie le…

Neiges

Dans la neige ouverte, tes pas semblaient des braises en train de refroidir – tu marchais – le vivant de tes semelles sonnait creux sur l’asphalte crémeux – blanchi à la chaux le cercle de ton visage découpait sa lune aux ciseaux des montagnes – le vent assemblait des forces vives où la frêle chenille…

Kaillou

Jean-Baptiste est un inco, un incorrigible de la rébellion- lion lion, il vole des queues de pie, de quoi manger dans des bottes de reine quelques radis frits, et tire la langue comme un perroquet imitant les aristos et alors coup du sort, il se fait prendre la main dans le sac et hop sur…

une petite pensée

Il était une fois une petite pensée qui était passée tout près de la chaleur du coeur mais elle ne s’y était pas arrêtée, elle avait continué sa route grimpant le long des murs des mots, tournant en rond dans le carré de la boîte noire et savante de sa lourde tête. Oserait-elle un jour…

voici que

en mourant le sage éternue et voici que la rose bleue de froid se momifie d’une beauté rare et indélébile – figé dans des marbres friables le temps suspend son haleine – quelques pétales de glace à croquer des yeux – toute vie est au fond chaotique seule l’illusion semble ordonnée – le pouls de…