Prendre corps

Les cadavres habitent dans les corps qui les habitent – être ou avoir été qui sait où écraser le métal de son coeur une fois fondu  – En attendant la nuit foncièrement féminine le canapé jouxtait la table lézardée de verre – Les mains crispées sur le volant de la nuit où aller? tant de…

Nocturnes

l’obscurité traverse le jardin dispersion des copeaux d’étoiles – la lune baisse les yeux tout s’intranquille à la tranquillité des nuits – la souche tamisée d’ombres s’avalanche à la barrière des nuages – bois qui marmotte au ciel – le vent rêve accroché au sarment indigo d’une étoile la terre rompue d’os est au silence…

ciels de Crest

coucher de lune sous le bandeau gris d’un long nuage derrière lequel tomber – chaussures devant la porte feuilles mortes cailloux crissant d’or – plus rien ne dort – la nuit est brillante le grand chien noir gardien de l’ombre avance la bougie de ses yeux allumées – l’oiseau tient un bout de ciel bleu…

Rivière du ciel

Nuit d’oeil rond lune à la patte dorée le ciel change de place – Au petit matin brume et mélange de rhume la cloche vibre et sonne – Vivants nous pouvons voir les mort descendre la rivière le moineau admire un loup d’ombre caché sous les fleurs – Le petit poisson nage à reculons dans…

Koan d’avant

Avant que le cirque blanc des nuages ne traverse le ciel prends un peu du froment des oiseaux – Avant que la juste colère ne dérive en soupe de pommes de terre amères prends un peu de clarté à saupoudrer – Avant que la nuit ne passe à trépas emmenant avec elle les êtres qui…

Souhaits d’année nouvelle

Ne pas oublier d’aller vers la joie de la sortie de soi avec au coeur la lumière d’un ermite qui éclaire le chemin Ne pas oublier d’aller sans souci de l’ombre embrasser l’inimitié – tout ce que tu fais retourne à toi laisse aller la flèche à l’inconnu des forêts de pluie et ferme les…

Jasmin blanc

Perles aux oreilles des embruns Perles aux oreilles des ombres qui écoutent le silence de jasmin blanc Suspendu à la branche qui ignore le temps un flot de souffle écumant s’en va invisible et aimant Le monde a les bras ouverts je marche dedans à pas de géant sur la glace éclatée le lotus de…

Insoluble

Que pourrait-on prendre? de l’éphémère tout est donné – Forme et reflet se font face Lequel des deux suis-je quand l’autre n’est pas? L’oiseau vole au courant son esprit libre la vague mêlée à l’océan que devient-elle? Qu’y-a-t-il sur le rivage qui ne soit perle rare? La tasse pleine est prête à déborder le ciel…

Bises

Bises petit vent qui passe entre les gens souffle accommodant aux coutures des sourires bises enneigées étoilées de bon matin bises du levant suivant la barque d’un regard jusqu’à l’orient des visages défatigués bises indomptables à l’exclamation  des rêveries bises longues comme des phrases de pharaon en marcel sans un pli bises poisson au tamis…

Je te dis

La fenêtre a des yeux de pluie petite boue au graal de neige je te dis amour et rien qu’amour Aller au bout du chemin comme l’aiguille d’une horloge déréglée ne plus savoir où poser sa bonté ne plus savoir où se tient la fête ne plus savoir où lover ses couleurs je te dis…

Entre chien et loup

Grand vide à la perche tendue de bleu toute forme est noire Des reins aux poignets des spasmes d’hiver noyau du coeur à nu qu’un chien dévore Cendre blanche tassée entre deux pierres à ta bouche des silences empilés Des bras poussent à la nuit de chien couché être plus proche sans savoir de quoi…

Distance

Marchent dans le ciel des dakinis boisées de soleil tomber pour l’amour comme avancer sur le fil d’un poème coucher sur le papier de neige la soie d’un regard est somme toute possible – Il n’est aucune distance qu’assez d’amour ne puisse parcourir au risque de mourir de froid au plus blanc de la cécité…